Tordre le cou de la rumeur


La majorité socialiste dans son ensemble et les grands médias pour la plus part, s’activent pour tordre le cou à cette rumeur que les plus choquants échos rapportent ainsi:

« le gouvernement veut soit disant enseigner la sexualité homo dans les école, voir même la masturbation avec des outils pédagogiques dès la maternelle »

En effet en 2014 une pareille idée est encore

1peilloncomplot

jugée scandaleuse. L’argument est efficace. les mots sont choisis rumeur (Europe1) et polémique (le Monde) ou encore complot (Arte). Ceci dit en allant sur ces sites il apparaît rapidement que la frontière entre « l’ABCD de l’égalité » et la théorie du genre (études de genre comme il faut dire) est de plus en plus mince.

Spontanément l’auditeur rattache le contenu de ces SMS et autres mails d’alerte à une n-ième théorie complotiste. Merci les médias de nous avoir informé. Dommage pour l’analyse, nous repasserons.

Si le gouvernement, qui met en oeuvre les lois votés par le parlement, était honnête il rappellerait à chacun d’entre nous que lui, le gouvernement, ne va pas encore aussi loin mais… il rappellerait (par exemple) l’amendement adopté en commission des affaires culturelle et d’éducation le 28 février 2013. Sur proposition de la député socialiste Martine Faure soit un an avant la « folle rumeur », l’amendement (voir page 13 du rapport mentionné par Mme Lenvie) vise en effet dès l’école élémentaire à:

1peillonenfantsstereo…la déconstruction des stéréotypes sexués.
Il s’agit de substituer à des catégories telles que le « sexe » ou la « différence sexuelle », qui renvoient à la biologie, le concept de « genre », qui montre que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites

Le gouvernement pourrait aussi rappeler le positionnement, somme toute logique, du ministre de l’éducation sur son propre site:

Les trois séances d’éducation à la sexualité prévues par ce texte auront lieu dans toutes les écoles et tous les établissements.

les médias pourraient de le leur côté nous dire jusqu’où vont les ambitions de certains éducateurs promus par les administrations nationales et internationales en matière d’éducation sexuelle. Pourquoi ne le font-ils pas clairement? Ici c’est l’OMS qui explique pourquoi il faut aborder ces sujets avant 4 an…

On peut d’ailleurs être d’accord sur le principe. Mais les modalités d’applications qui pointent le bout de leur nez sont inadmissibles. Faudra-t-il donc expliquer aux parents que l’administration est bien mieux placée que les parents pour élever les enfants? En Allemagne, par exemple, les familles peuvent être condamnées à la déchirure si elles choisissent de scolariser leurs enfants à la maison. Bien que je m’étonne de cette pratique d’éducation à la maison qui me semble mauvaise socialement pour les enfants, je n’y vois pas un motif pour faire appel à la violence administrative et policière « Judge said to have authorised force ‘against the children’ if necessary ». Si cela peut être nécessaire pour permettre aux enfants d’avoir accès à l’éducation au sens de l’instruction, la diffusion des études sur le genre ont-elles vraiment leur place dans nos établissements scolaires, et sans doute un jour, dans les décisions préfectorales?

1peillonEn France, pour le moment, notre ministre préconise de convoquer les parents. Et si les parents ne soumettent pas? devront-ils être démis? Est-ce une exagération que d’y penser? Ce ministre qui prône (dans La Révolution française n’est pas terminée, Paris, Le Seuil, 2008) que…

« l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »

lâchant par ailleurs dans une interview à Seuil

il faut inventer une religion républicaine…

Bien évidement, nous sommes en chemin. C’est inexorable. Mais nous qui connaissons les ravages que l’Etat est capable de  faire quand il prend la place de dieu, c’est un peut déconcertant de voir ces milieux dit intellectuels que sont les médiats de se ruer au secours du gouvernement lorsque celui-ci cherche à masquer la réalité de ses intentions.

Le web, terre de libre expression pour le pire et pour meilleur, sert aussi à affoler l’auditeur puisque les messages se démultiplient à vitesse grand-V. Chacun en est bien contient.

En ce qui concerne l’opposition elle est paralysée à l’idée de se voir associée à cette salade médiatique qu’on nous présente comme ayant des racines communes: soral-dieudo/doite-extrème/utra-catho/civitas/lmpt. Ce mélange mensonger associé au dénie de réalité sont les grandes sources d’argumentation déversées en ce moment du matin au soir sur les ondes.

La communauté musulmane de son côté, qui n’a pas l’habitude de se faire dicter ses leçons d’éducation par l’administration, est pour le moment épargnée pour des raisons explosives (électorales), mais qui sait si la clef de cette nasse idéologique ne se trouve pas précisément dans l’unité des différentes communautés laïques, chrétiennes, musulmanes, juives et autres. Ils sont sans doute plus nombreux qu’on ne le pense les acteurs de ces divers familles qui appellent de leurs voeux une approche plus juste de la société.

L’équation est complexe, mais il faut se donner le temps, et toujours agir pour faire vivre et grandir cette Unité.

Publicités
En passant | Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.