2012-2017. Prévenir les désillusions trop lourdes.


J’ai souvent dit que je ne voyais que lui pour remporter 2012. Seul homme politique d’expérience à avoir autant faim de pouvoir pour ce qu’il lui procure: la possibilité de changer les choses au plus haut niveau. Or les sondages laissent penser que c’en est fini pour lui. J’espère que ce texte de Jean Marichez tombera dans de nombreuses mains d’indécis car s’il ne nie pas les travers de l’homme (et qui n’en a pas), il s’attache à l’essentiel: son action politique.

Les résultats de Nicolas Sarkozy

**********

A l’approche de nouvelles élections, il est étonnant d’observer la violence et l’injustice des opposants de Nicolas Sarkozy. Selon eux, il n’aurait rien fait, il n’aurait pas tenu ses promesses. Alors, regardons le travail qu’il a réalisé car, au contraire, j’ai l’impression qu’il a réalisé un travail considérable. Selon Alain Minc en 2010 : « En trois ans, Sarkozy a fait plus que Giscard en sept et encore plus que Chirac qui n’a rien fait en douze ». Qu’en est-il exactement ? J’ai extrait de quelques journaux la liste de ses principales réalisations mais aussi de ce qu’on lui reproche. Concernant les reproches, j’ai toujours été frappé par la fragilité des accusations. Les critiques m’ont toujours paru futiles, superficielles, inconsistantes. Et elles reviennent sans cesse comme si tous les journalistes lui en voulaient:

> – Sa soirée au Fouquet’s après la victoire aux élections

> – Ses réparties en langage trop populaire

> – Le soutien d’un ministre de l’intérieur taxé d’injure raciale

> – Ses liens avec des grands patrons

> – Son franc parler, sa taille, etc.

Il dit ce qu'il pense! c'est son plus grand point faible pourtant ce devrait être tout à son honneur.

Pourquoi cela ? Peut-être parce qu’il dérange par le nombre et l’importance des réformes qu’il fait (celui qui ne fait rien n’est pas critiqué). Mais surtout, je crois, les intellectuels ne lui pardonnent pas d’occuper le terrain des idées qu’ils occupaient depuis 1968. Contrairement à ses prédécesseurs, il dit les choses en toute simplicité, quitte à remettre en cause quelques idéologies sacralisées. Par exemple, sur les sanctions à la jeunesse délinquante, sur l’immigration incontrôlée, sur l’assistanat excessif, etc.

L’intelligentsia parisienne ne lui a jamais pardonné de parler de manière décomplexée de vérités qui ne font pas partie de l’idéologie politiquement correcte. Ainsi, toutes les occasions ont été bonnes pour dire du mal de lui. Difficile d’être réélu lorsque tous les médias et beaux parleurs vous attaquent sans cesse comme le faisaient les prêtres de l’Inquisition.

Or quelle est la réalité ? Au préalable, pour l’honnêteté de mon propos, je dois dire que je ne suis pas un inconditionnel de la droite, j’ai parfois voté à gauche : en leur temps, j’ai fait confiance à Mendès-France ou à Michel Rocard. Si j’étais américain ou chinois, je serais certainement à gauche. Par ailleurs mes travaux personnels sont très nettement progressistes si l’on en juge par les deux livres que j’ai écrits. De plus, je n’ai pas toujours été d’accord avec les décisions de notre gouvernement actuel, par exemple sur la réduction des droits de succession, sur la baisse de TVA aux restaurateurs, sur le manque d’avancée fédéraliste européenne, etc. mais je constate qu’il a accompli un travail impressionnant, non seulement en nombre (931 réformes en cinq ans) mais en qualité.

Il s’est attaqué aux réformes difficiles que même Lionel Jospin n’avait pas osé faire malgré une conjoncture meilleure. Et c’est vrai, il a remis la France à l’endroit sur des rails moins idéologiques, plus pragmatiques. C’est en tout cas l’avis de nombreux commentateurs étrangers qui se désolent de nos excès de religiosité socialiste.

On lui a reproché d’augmenter le déficit public. Mais est-ce de sa faute s’il fallait absolument sauver l’économie française suite à la crise des subprimes ? Puis s’il fallait sauver la Grèce pour ne pas engager une spirale contre l’Euro qui aurait été catastrophique pour tout le monde et surtout pour les plus faibles. La crise lui coûte cher car elle l’a obligé à nous endetter lourdement pour ne pas plomber nos emplois.

On lui a reproché d’aider les banques alors qu’elles sont responsables de la crise. Oui, mais sans ce plan de sauvetage les petits épargnants auraient tout perdu et le chômage aurait augmenté au détriment de l’ensemble des Français. De plus, elles ont maintenant totalement remboursé les aides reçues.

On lui a reproché l’augmentation du chômage. Mais la crise n’est pas de sa faute. Au contraire, il a réussi mieux que les Américains, et que la plupart des autres pays européens, à contenir le chômage. Celui-ci ne serait-il pas plus élevé avec des gouvernants de gauche qui, pour l’éviter, auraient dépensé des milliards contre-productifs dans l’assistanat et le dépannage à court terme ? Lui a privilégié le long terme en soutenant l’investissement. C’est courageux car les résultats n’apparaîtront que plus tard et ne lui profiteront pas sur le plan électoral.

NS face aux crises, comme un chien dans un jeu de quilles molles.

On lui a reproché de favoriser les riches. En fait, peu de gens comprennent que son but n’est pas de faire de cadeaux aux riches mais d’empêcher les gens fortunés de quitter le pays et d’investir ailleurs, donc d’avoir suffisamment de gens riches en France pour qu’ils y investissent et créent du travail. Il faut absolument comprendre que la lutte contre le chômage passe par l’existence d’un grand nombre d’entrepreneurs aisés et soutenus dans leurs efforts.

On lui reproche d’être le président des riches. Mais il est au contraire le premier de nos présidents à avoir pris des mesures égalitaires importantes. Ainsi, alors qu’on lui reproche de favoriser le capital et de ne pas le taxer autant que le travail, il a fortement augmenté les taxes sur le capital afin de les mettre à peu près au même niveau (34,6%) alors qu’ils étaient taxés de 10% de moins sous Lionel Jospin. C’est passé inaperçu mais ses opposants ont continué à l’accabler d’une image anti pauvres qui continue, malgré les faits à lui coller à la peau. Même chose pour l’impôt sur la fortune qu’il a maintenu globalement au même niveau mais en sortant seulement les propriétaires de logements dont les valeurs sont conjoncturellement trop élevées du fait de la crise du logement. La baisse de recettes a été entièrement compensée par l’augmentation de fiscalité sur la transmission du capital. Autrement dit, il taxe la transmission de capital plutôt que le capital lui-même, ce qui est souvent décourageant.

On lui reproche d’avoir augmenté son salaire de Président de 30%. La vérité est toute autre. Avant lui, le budget de la Présidence était un mystère, un domaine réservé où les dépenses du président se confondaient avec le budget de l’Élysée. Il a voulu moderniser tout cela et installer la transparence. Il a donc décidé que son salaire serait égal à celui du premier ministre et que les comptes seraient désormais soumis au contrôle de la cour des comptes. Comment comprendre que les journalistes ne nous aient jamais expliqué cela ? Sont-ils si incapables ? Non, plus simplement partisans.

On lui a reproché de ne pas tenir ses promesses. C’est injuste car, non seulement il en a tenu beaucoup, mais il l’a fait dans une situation de crise inouïe que, personne n’avait vraiment prévu avant son élection. En fait comme on est en crise, tout le monde se plaint et, comme il faut un bouc émissaire, on l’accuse naturellement de nos difficultés.

Curieusement, au lieu de parler de « ce qu’il fait », les médias passent leur temps à parler de lui, de sa manière, de ses intentions cachées, de son omniprésence, de ses petites phrases, etc.

Pourquoi parlent-ils si peu du contenu, autrement dit des vraies questions ?

Alors justement regardons ses résultats. Ils sont impressionnants. Des réformes qui vont marquer le pays en profondeur et qui sont un véritable progrès de notre démocratie (elles sont courageuses car les cinq premières réduisent son propre pouvoir de président) :

> – La possibilité de recours individuel devant le conseil constitutionnel

> – Modification de la constitution et Réduction des pouvoirs du Président de la République au profit du Parlement et des citoyens

> – La limitation à deux mandats de cinq ans pour le Président de la République

> – Nouveau droit donné aux députés de fixer un tiers de l’ordre du jour de l’Assemblée, leur permettant de mieux contrôler le gouvernement

> – Réunion annuelle des deux chambres réunies à Versailles pour entendre le Chef de l’État

> – La loi de représentativité syndicale qui les renforcera tout en favorisant le dialogue social.

> – L’autonomie de l’Université réclamée depuis 1968 par P. Mendès-France, leader de la gauche. Même imparfaite, elle met à bas le tabou de l’égalitarisme et sera porteuse de fruits sur le long terme.

> – Réforme des collectivités territoriales que depuis 20 ans aucun gouvernement n’avait réussi

> – Réduction du nombre d’élus avec la création des conseillers territoriaux en lieu et place des conseillers généraux et des conseillers régionaux.

> – Redéfinition des cartes judiciaires qu’aucun gouvernement précédent n’osait faire

> – Ouverture de la saisine du Conseil supérieur de la magistrature aux personnes qui veulent mettre en cause le fonctionnement de la justice jusqu’à même sanctionner des magistrats

> – Redéfinition de la carte des villes de garnison que personne n’osait faire

> – Redéfinition de la carte hospitalière

> – Mise en chantier de la modernisation du Grand Paris

> – Rapprochement des policiers et gendarmes sous la même autorité, d’où une amélioration de 50% d’élucidation des crimes et délits

> – Création du service civique volontaire (15 000 jeunes engagés pour 45 000 demandes en 2011 et 75000 en objectif 2014) Des résultats innombrables, et parmi les plus importants (pour ne pas lister ses 931 réformes) : – La réforme des retraites. Il fallait la faire. Nécessairement impopulaire, aucun des prédécesseurs n’avait eu le courage de l’affronter mais tous la disaient indispensable et urgente.

> – Mise en place du service minimum lors de grèves de secteurs publics

> – La suppression de la taxe professionnelle (impôt imbécile selon F. Mitterrand)

> – Effort considérable et sans précédent en faveur de la recherche et de l’Université ; et aussi le triplement du crédit d’impôt qui soutient la recherche des entreprises et permet un afflux de capitaux privés vers l’enseignement supérieur

> – La suppression de la publicité à la télévision publique : les Français gagnent 20 minutes par jour

> – *Revalorisation du salaire des enseignants (équivalent à un 13° mois) en contrepartie de leur réduction en nombre

> – Réduction de la délinquance –17% ; des homicides –40% ; des atteintes aux biens – 28% ; de la délinquance de proximité – 40% ; et aussi de la mortalité routière

> – Hausse de 20% du budget justice avec 1300 postes supplémentaires – Création de 9400 places de prison – Plusieurs mesures pour éviter les récidives (peines planchers, rétention de sûreté, traitements préventifs…) – Recouvrement des avoirs illégalement acquis par des condamnés, etc.

> – Meilleure maîtrise de l’immigration (32 000 reconduite aux frontières de clandestins, naturalisation en baisse de 30%, 300 000 contrats d’intégration signés depuis 2007, etc.)

Emploi

> – *La relance de l’économie par l’investissement et non par l’assistanat comme dans le passé qui ne donnait que des apaisements à court terme mais des affaiblissements économiques graves à long terme

> – *L’aide à l’industrie automobile, industrie capitale et vitale pour l’économie française

> – *La réduction de 160 000 fonctionnaires dont la pléthore plombent notre économie. Contrairement aux apparences, cette mesure est la plus efficace pour l’emploi

> – Création du statut d’auto entrepreneur qui s’avère un grand succès

> – Création de 2,5 millions d’entreprises durant le quinquennat avec soutiens renforcés et simplifiés

> – Amélioration de la flexibilité de l’emploi avec la rupture contractuelle

> – Les demandeurs d’emploi ne peuvent plus refuser plus de deux offres d’emploi valables sans risquer de perdre leur indemnité

> – *Développement de l’apprentissage au lieu de forcer des jeunes à suivre des études secondaires qui ne leur servent à rien

Agriculture

> – *Quatre mesures phares en faveur de l’agriculture ont permis aux agriculteurs de dépasser la crise et d’envisager plus sereinement l’avenir et à 7000 jeunes par an de s’installer

> – Maintien de la PAC au niveau européen

> – *Allègement des charges sociales sur l’heure de travail agricole qui passe de 12,81€ de l’heure à 9,43 payé par la taxe sur les sodas de 0,02€ par canette.

> – *Amélioration des retraites agricoles (création d’un minimum, revalorisation, extension au conjoint)

Logement

> – Encouragement de la construction (loi Scellier, pass foncier, prêts à taux zéro doublés)

> – Construction au total sur le quinquennat de 2 millions de logements dont 600 000 logements sociaux contre la moitié seulement entre 1997 et 2001

> – *Modération des loyers par la modification de l’indexation

> – *Instauration du droit au logement opposable (34974 ménages ont pu être relogés après recours)

Assistance

> – *Augmentation de 30% du budget de logement des Sans abri qui est passé à 1,13 milliards

> – *Annoncés en mars 2010, onze établissements de réinsertion scolaire fonctionnent désormais (cent cinquante élèves de 13 à 16 ans ont rejoint ces structures, 9 autres sont prévus en 2011)

> – *Forte augmentation des bourses et des logements pour étudiants

> – *Création du RSA (1,9 millions de foyers aidés – mais surtout, il n’est plus aussi intéressant qu’avant de ne pas travailler

> – *Revalorisation de 25% sur 5 ans l’allocation adulte handicapé et le minimum vieillesse

> – *Création d’un prime pour les salariés des entreprises dont les dividendes augmentent

> – *Assouplissement des accords d’intéressement des salariés aux fruits de leurs entreprises Économie (chiffres selon l’Insee)

> – Augmentation de 4% du pouvoir d’achat des Français durant le quinquennat

> – Et diminution de 1 million du nombre de personnes qui gagnent moins de 15 000 € par an J’ai repéré d’un * les mesures ci-dessus à fort impact social ou favorables aux chômeurs.

On voit qu’elles sont nombreuses et contredisent radicalement l’idée d’un gouvernement pour les riches.

En politique étrangère : 

> – Efficacité dans le choix de la méthode (traité de Lisbonne) pour résoudre la crise européenne due au référendums négatifs en France et aux Pays-Bas

> – Leadership de la France dans la résolution des multiples crises européennes. Même si le poids financier de l’Allemagne restait majeur, c’est toujours lui qui fut initiateur, moteur et entraîneur.

> – Efficacité dans la gestion du conflit en Géorgie où il assura l’indépendance géorgienne

N. Sarkozy a-t-il besoin de nous? Evidemment. La bonne question c'est: a-t-on besoin de lui, en France? en Europe? et face au monde?!

> – Courage et efficacité déterminante dans la gestion militaire de la crise en Côte d’Ivoire

> – Courage et efficacité déterminante dans la gestion militaire de la crise en Lybie

> – Retour de la France dans l’Otan

> – Création du G20 où son volontarisme fut décisif. Cette instance empêchera peu ou prou les facilités du chacun pour-soi en matière économique et réduira les risques de chaos mondial en augmentant la possibilité de prises de décisions internationales

> – Meilleures relations avec les États-Unis, l’Angleterre, la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil…

> – Signature de nombreux grands contrats dans de nombreux pays

> – Engagement acharné en faveur de l’Euro

> – Gestion imaginative et énergique de la crise

> – Ses qualités d’intelligence, de courage et d’esprit de décision sont largement reconnues par des chefs d’État étrangers

En politique intérieure 

> – Il a gouverné sans drame et assuré la paix, la justice et le respect des libertés et opinions

> – On peut dire que globalement il a gouverné au centre

> – *Il a intégralement maintenu notre système de protection sociale.

> – *Il a fait preuve d’une grand esprit d’ouverture (comme jamais auparavant) en nommant des opposants à des postes majeurs comme la présidence du FMI en 2007, la présidence de la commission des finances, la cour constitutionnelle et la présidence de la cour des comptes

> – Il n’a calé sur aucune réforme qu’il croyait juste malgré des grèves et manifestations importantes pour les Régimes spéciaux et l’Université. Il a reculé sur la réforme des lycées avec Xavier Darcos mais il l’a réalisée avec Luc Chatel. A l’occasion des retraites, il a rétabli le fonctionnement de la démocratie grâce à sa fermeté devant des millions de manifestants qui, enfin, replace la légitimité des décisions à sa vraie place : le parlement. Il en a eu le courage alors qu’il était tellement plus facile de céder (comme l’ont toujours fait avant lui Balladur, Chirac, Jospin …)

> – *Il n’a pas taxé nos transactions bancaires comme Angela Merkel en Allemagne

> – *Il a garanti les crédits des banques, énorme décision qui a stoppé net la panique des épargnants au point qu’ils étaient prêts à vider leurs compte, ce qui aurait été un pur désastre Autres résultats – Réunion des Assedic et de l’Anpe, pour l’efficacité.

> – Fusion réussie entre les services des impôts et la comptabilité à Bercy (qui avait même fait tomber un ministre socialiste)

> – *Remise de la France au travail par diverses mesures d’encouragement

> – *Changement des règles de la grande distribution et mise en place d’une autorité renforcée de la concurrence

> – *Refus d’augmenter nos impôts

> – *Délais de paiements raccourcis aux entreprises

> – *Aide aux PME par les contribuables qui veulent alléger leur ISF

> – *Aide aux associations d’utilité publique par les contribuables qui veulent alléger leurs impôts Chantiers en cours où sa volonté permet d’espérer – *Lutte (en pointe des autres États) contre la spéculation, l’excès de puissance des Hedgefunds et les paradis fiscaux qui seraient une vraie réponse à la crise mais qui ne peuvent se réussir sans accords internationaux très difficiles à obtenir.

> – *Courageuse mise en place cependant de la fameuse taxe Tobin pour freiner la folie des transactions financières

> – *TVA anti délocalisation de notre industrie

> – Militance pour la mise en place d’une règle d’or assurant constitutionnellement l’équilibre de nos comptes

 En conclusion Un dirigeant politique se juge sur ses réalisations. Alors, même si on n’est pas d’accord sur certaines d’entre elles, ce qui est inévitable, on doit reconnaître l’importance du travail réalisé.

N. Sarkozy y'en a qu'un!

La première question à se poser quand on vote pour un homme politique est de savoir s’il joue pour lui ou pour son pays. La liste impressionnante ci-dessus (et le courage qu’elle a nécessité) oblige à reconnaître qu’il travaille pour la France et pour ses concitoyens. Sinon, il en aurait fait beaucoup moins et sa popularité serait plus élevée. Ses réalisations permettent de dire qu’il est le meilleur des hommes d’État que nous ayons eu en France depuis longtemps. Doué d’une grande intelligence, il comprend très vite. Il a un grand pouvoir d’entraînement. C’est un leader. Dans les situations difficiles, c’est lui qui comprend le plus vite ce qu’il faut faire, et qui, de l’avis des autres chefs d’État européens, sait trouver le chemin des décisions difficiles.

Le sociologue Marcel Gauchet lui reconnaît une grande habileté tactique, une vraie volonté politique, un sens poussé de l’opinion et de ses propres insuffisances. Ne dit-il pas lui-même : »Mon meilleur ennemi, c’est moi-même ». Même s’il n’est pas toujours parfait, tout le monde reconnaît largement son énergie, son efficacité, sa connaissance des dossiers et surtout, car c’est la vertu la plus rare en politique, son courage.

Un Pouvoir nommé Désir.

Voilà, j’ai tenu à faire cette clarification car, quelles que soient nos tendances politiques, il serait dommage de perdre le bénéfice du meilleur chef d’État que la France ait eu depuis longtemps. Jean Marichez – 19/2/2012″

Après la caricature, que l’analyse réaliste l’emporte pour nous éviter 5 ans de sommeil!

Publié dans France | Laisser un commentaire

Contraception cachée pour des parents suspects.


Je suis stupéfait de lire la volonté d’un Professeur (I. Nisand) de pousser les établissements scolaires au tout contraceptif.

Il affirme sur l’avortement des mineurs: « En sept ans, on l’a divisé par quatre dans la vallée de la Bruche, dans les Vosges ». J’aimerais savoir exactement ce qu’il en est par des sources différentes. En effet c’est impressionnant. Mais je reste sur ma fin. Quelques détails seraient les bienvenus. Où en était-on il y a 10ans et 20ans? Et sur quelle tranche d’age? le panel est-il représentatif? L’idée n’est pas ici de chercher à contrecarrer absolument ses dires, mais au-delà de la précaution élémentaire, il serait plus instructif de réfléchir à ce sujet avec toutes les données.

Soyons clairs ce qui me choque c’est ce message: le tout contraceptif c’est top, les parents eux sont suspects voir irresponsables, d’où l’idée qu’il faut agir mais surtout… sans les parents; moi je dis que leurs enfants ne valent pas mieux et qu’on devrait même agir sans les prévenir… les ados. Évidemment l’idée de parler de relations responsables, vivre des amitiés plus simples pour se laisser le temps de grandir, c’est utopique pour certains (pour beaucoup). Je cherche en vain un article sur le sujet des avortements chez les ados qui ne tourne pas inexorablement autour de la seule et unique idée de leur contraception.

Les parents de l’ado sont donc absents, permissifs et/ou irresponsables et doivent être tenus à l’écart. L’Etat prend donc le relais face à l’échec des parents. Ceux qui par hasard ont entendu parler de cette noble initiative de l’Etat et osent la contester agissent certainement à la solde d’odieux lobbies religieux… pile poil le profil des parents absents, permissifs et/ou irresponsables quoi! Cherchez l’erreur.

Plus sérieusement: oui! il y a échec puisque le nombre d’IVG reste important. Doit-on pour autant affirmer qu’il faille se débarrasser de la tutelle des parents? Et jusqu’où on va? Les parents géniteurs, l’Etat éducateur c’est une drôle de société que nous préparent ces élus.

Ce qu’il y a de terrible c’est le côté cercle vicieux de ce genre de vraie fausse bonne idée: parents irresponsables=> l’Etat prend la main=> les parents sont déresponsabilisés… Face à un problème on tire vers le bas, le zizi devient l’incontournable. Toute autre approche semble disqualifiée par décret médiatique et bientôt politique. Extrait d’un article de FranceSoir du 8 mars, le Pr Israël Nisand : « Le sujet reste très chaud. Dès que je milite pour la confidentialité de la contraception, je reçois des menaces. Ce sont des lobbys très actifs, très financés, dont les stratégies sur Internet sont terribles. Des jeunes filles qui se posent des questions sur l’IVG atterrissent sur des sites violemment radicaux qui tentent de les dissuader. D’où l’importance de leur donner accès à l’information à l’école. » Notez les mots « menaces », « lobbys très actifs » (c’est un peu leur mission de l’être), « une stratégie…terrible » (bigre!), etc, etc… Là c’est pas « Particulier vent charmante demeure dans écrin de verdure… » mais c’est la même recette.

Je ne dois pas avoir le même moteur de recherche que le professeur car si je tape « contraception féminine » sur le net je vais jusqu’à la 4ème page, et bein je peux le dire: pas un seul violent lobbys très actif violemment radical pour me détourner du droit chemin. Rien… sauf si j’ai qu’ça à foutre, ou que je connaît leur adresse. Le vrai problème de notre société c’est que le plus dur à trouver ce n’est pas le Pr Nisand. Ce n’est pas non-plus les vilains lobbys. C’est quelque chose, comment dire… entre les deux. Pas gris! Simplement informatif de façon globale et non partiale!

Tu es Ado? Sache ce qu’est la sexualité, mais dans sa globalité, son origine son fonctionnement, son utilité sa puissance et sa beauté. Quelles sont les conséquences psychiques possibles, et aussi les risques physiques (MST) Tu es parent? Tu ne sais pas comment aborder ce sujet? Parles-en avec un psi, un ami, un frère une mère que sais-je(!) histoire de trouver un intermédiaire ou au mieux un bon conseil.

Parles-en à tes enfants au plus tôt. Bien avant l’adolescence. N’ai pas peur de leur transmettre tes valeurs. Apprend à tes fils à respecter les filles. Apprend leur à faire la différence entre l’image ou le fantasme… et la réalité. Responsabilise-les.

A tes filles? (moi papa) sans doute la même chose avec d’autres mots, d’autres nuances…

Apprenons-leur la patience. Et de grâce! arrêtons de les prendre pour des imbéciles incapables (« à leur âge! ») de prendre un peu de hauteur. Faisons-leur confiance (même si parfois on les trouve passibles de l’écartèlement!) pour aller non pas plus bas mais plus haut que nous.

Ado ils sont plein de radicalité, tout est trop top ou géniale ou j’adore… ou je déteste! Comment imaginer qu’on ne puisse pas les entretenir d’autre chose que de contraception? Quelle absurdité pousse notre société à les sous-estimer?!

L’Etat doit nous aider à voir clair plutôt que nous disqualifier sur un domaine si important!

Il faut éduquer et faire confiance sans relâche; et être patients… nous aussi.

Publié dans France | Tagué , , | Laisser un commentaire

Asia Bibi, et les autres.


Pourquoi suis je profondément touché par ce qui arrive à Sakineh?
Pourquoi le suis je tout autant pour Asia Bibi ?
Sans doute par ce que ce sont des victimes plus faibles dans un monde « d’hommes ». Parce que leur cas m’est rapporté, qu’il est (plus ou moins) médiatisé. A ce propos on ferait bien de souligner que se sont des exemples… parmi tant d’autres.

Asia Bibi hugged by some of her children after a previous court appearance. Photo by The Voice of the Martyrs

Asia Bibi

Ce que je ne comprend pas c’est pourquoi chez nous en France, certaines personnes ricanent faces à ces mobilisations de soutiens. Ou émettent des doutes quant à leur légitimité.

Que l’occident ne réponde pas (ou plus) par la violence serait une marque de sagesse. Mais certains silences font peur. Cette indifférence des responsables…

L’Iran c’est pratique, il y a unanimité politique et médiatique.
L’Irak, le Pakistan c’est pas pareil. On se culpabilise en opposant à une légitime indignation la politique internationale et ces conséquences. Ceux qui s’indignent sont suspects d’être partiaux. Le sujet n’est alors plus Asia est ses compatriotes chrétiens violées ou abattus comme des chiens. Le sujet c’est: « puisque ce sont des chrétiens, doit-on être solidaires, et le dire sur la place publique ».

Un point supplémentaire: le sujet des persécutions.
Être chrétien est-il moins vendeur qu’être adultère? Une réponse est donnée ici:
http://www.causeur.fr/irak-les-chretiens-font-de-mauvais-martyrs,7839
En substance: certains sujets sont bannis de l’espace public en France.

Malgré la mobilisation internationale, Sakineh Mohammadi-Ashtiani pourrait être exécutée sous peu. © MAXPPP

Sakineh Mohammadi Ashtiani

J’ose espérer que Asia Bibi et Sakineh Mohammadi-Ashtiani seront à minima remises en liberté et que nos gouvernants auront pris leur part dans cette issue. Que ce soit médiatiquement ou dans le secret des salons diplomatiques peu importe, mais que l’orient dépasse ses démons qui ruinent durablement sa grandeur.

Publié dans Monde | Tagué , , | Laisser un commentaire

à contre temps


Sarkozy ira très loin.
On le sait nerveux et combatif. On dit même que c’est l’adversité qui le dope, que l’odeur de poudre le rend plus efficace, plus coriace, plus percutant. Plus séduisant.

Donc Sarkozy ira loin, car le Grand, The Big One, celui qui vise la Lune: c’est bien Nico.

Il les regardent déjà les amateurs d’en face, les petits joueurs. Ils s’excitent en affirmant qu’ils reviendrons sur les 65 ans, et qu’ils sont du côté des manifestants. Mais ils n’y croient pas une seconde et ils flippent en regardant par la fenêtre! Alors que Sarko, lui, quoi qu’il dise… il y croit!

Et quant il y croit il parle très efficacement.

Il aime la poudre/ il vise plus haut que les autres/ il à foi en lui/ il sais convaincre.

Qui a vu passer une bête pareil au PS?

Pour le moment je ne vois personne d’autre qui ai les clefs.

Publié dans France | Tagué , | Laisser un commentaire

Guillon, symptôme d’une gauche décadente.


Guillon et sa compagne Muriel CousinGuillon est l’aboutissement d’une période de gauche française (je dis bien française). Sûr d’elle même et omniprésente dans les médias, elle prêche depuis 30ans la bonne parole et brule l’infâme qui tombe dans ses filtres à politiquement correct.

En 1981 les socialistes prennent le pouvoir et mettent environ 2 ans pour comprendre que la France va dans le mur. Depuis l’époque de Pierre Mauroy la gauche française se cherche. A la fin des années 90 elle est toute fière: ne nombreux pays européens sont devenus socialistes « quel espoir »… (j’ai  bien dit français, l’espoir de gauche). Aujourd’hui la gauche, toujours la même, n’a plus que deux options dans le débat politique:

-la moquerie (“humoristique” bien sûr)
-et le respect au plus vite de la loi de Godwin. C’est à dire qu’il faut disqualifier l’adversaire plutôt que de l’affronter politiquement, dans le sens noble du terme.

A gauche on est souvent réaliste. Les grands rêves marxistes on n’y croit plus, tant la réalité de l’histoire pèse de son lourd fardeau.
Le problème c’est qu’on ne se débarasse pas de son idéal comme ça! alors on cherche. Et en attendant on agit …en militant ici ou là, en gouvernant sur des promesses absurdes mais efficaces électoralement parlant, on réfléchit beaucoup …en animant des débats participatifs; et puis, on se distrait, on réclame donc des amuseurs pour oublier qu’on s’est enivré de grands soirs autrefois. Ca permet de se sentir encore en vie malgré 1983… et 2002.

Guillon fait partie de ces amuseurs convoqués à la messe pour amuser le peuple des fidèles. On voit sur les blogs qui débattent de la rémunération de Guillon quelques contradictions déconcertantes: les pro-Guillon en ont marre qu’en France il y ai encore un tabou avec l’argent…

Un collègue me disait “au fond moi je suis de gauche par éducation et puis y’a qu’à voir dans les médias tous les grands intellectuels sont de gauche, alors!”.
J’aurais bien corrigé son terme “tous les” par “un grand nombre de ceux qu’on entend”. Finalement j’ai fermé ma gueule. Il ma fait réfléchir, j’avoue, et c’est pas donné à tout le monde.

bref! reste que cette pensée intellectuelle affronte un passif tel que la raison comme le coeur ont bien le droit de s’en détourner.

Publié dans France | Tagué | Laisser un commentaire

Viva Mexico!


Mexico 2 – Francia 0

Ha! les explications sur le pourquoi de cette raclée vont nourrir beaucoup de monde. Le complot contre Yoann Gourcuff symbole d’une équipe immature et mal tenue, c’est ma préférée.

Cette théorie a l’avantage d’embrasser rapidement l’essentiel. Je sais c’est court, mais que dire d’autre?

Ce soir en fin de match j’ai pu voir notre sélectionneur KO debout, la main sur la joue. Je pouvais lire dans ses yeux « mais qu’est-ce que je fou là dans cette galère » alors que le train de l’enthousiasme à l’image de Dos Santos, se sait déjà bien loin! Et ce soir on a dû klaxonner  joyeusement sur Reforma.

Souvenez-vous de 98 l’un des meilleurs joueurs du monde Eric Cantona « le Magnifique » n’était pas sélectionné par Jacquet. Pourquoi? Le profile culturel ne collait pas avec le reste de la bande disait la rumeur. Mais Aimé jouait son rôle. Il avait vu juste et l’équipe (pas très convaincante avant et au début du mondial) avait une femme à ses cotées une vraie… la France entière. Ouahou. Capricieuse au début, elle s’était vite enflammée pour son équipe dès les premiers signes de générosité. Et comme une femme entretenue, elle pouvait chanter non sans raison « on a gagné »!

La mayonnaise était bien dosée, elle avait finalement bien pris.

Aujourd’hui le sélectionneur met la défaite sur le « coup du sort qui s’abat sur nous », pleure pas Rémond si le sort a joué en notre défaveur ce soir, peut-être jouera-t-il en notre faveur demain… qui sait.

allez! tous ensemble: Viva Mexico,
ce soir c’était eux les meilleurs.

Publié dans France, Monde | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Des réformes pour les gaulois


Alain-Gérard Slama a une bonne sortie sur RTL le 16 juin au soir:
« En France maintenant, on fait des réformes pour habituer les français à la réforme »

J’aime bien c’est exactement ça. L’Etat français, partant du principe qu’aucune réforme n’est acceptable par les habitants de ce magnifique pays, ne peut que reformater nos cerveaux pour les rendre moins gaulois, moins bagarreurs, moins contestataires. Mieux nous contourner.

Cerveaux indisponibles les français, ou indisposés?!
vaste débat.

L’Etat connait le peuple français et fait en fonction.
Fait quoi, et le fait-il bien? ouff… le vaste débat!

j’écoute, je lis, et je n’ai pas l’impression d’avancer beaucoup. Las… je me demande si je ne suis pas une des victimes de cette méthode de gouvernance,

j’avais entrepris ce post pour essayer d’avancer,
ce soir, c’est loupé.

Publié dans France | Tagué | 3 commentaires